CoRevPro > Le Petit-Fils Intrépide

Le Petit-Fils Intrépide

Titre original : « La Grand-mère et le Petit-fils »
Contes Gabonais – André Raponda-Walker – Présence Africaine

Une Grand-mère et son Petit-fils avaient construit une cabane dans la forêt. Un jour, le Petit-fils dit :

  • « Grand-mère, donne-moi un couteau pour aller installer des pièges. »
  • « Non ! » répondit la Grand-mère,
  • « Ça ne fait rien », répliqua le Petit-fils.

Et il alla quand même dans la brousse, coupa des baguettes avec ses dents et installa des pièges. Dans un des pièges, il prit un Rat qu’il posa sur le séchoir. La Grand-mère vit le Rat, le fit cuire et le mangea. Alors le Petit-fils dit à sa grand-mère :

La Conteuse

« Par les Mânes de mes Ancêtres,
Le Rat que j’ai pris,
Les dents qui m’ont aidé
Les pièges qui m’ont

Le Public

Tu as mangé mon Rat
Grâce à mes dents
À tendre des pièges
Tué un Rat

Allons ! Paie-moi, paie-moi très vite ! »

La Grand-mère paya. Elle lui donna une igname. Le Petit-fils tout heureux, partit se promener dans le village et il rencontra un Forgeron qui fabriquait des couteaux. Le Forgeron était en train de manger du charbon. Le jeune garçon lui donna son igname. Le Forgeron mangea l’Igname. Alors, il dit au Forgeron :

La Conteuse

« Par les Mânes de mes Ancêtres,
L’Igname que j’ai reçue
La Grand-mère qui a
Le Rat que j’ai pris,
Les dents qui m’ont aidé
Les pièges qui ont

Le Public

Tu as mangé mon Igname
De ma Grand-mère
Mangé mon Rat
Grâce à mes dents
À tendre des pièges
Tué un Rat

Allons ! Paie-moi, paie-moi très vite ! »

Le Forgeron lui donna un couteau. Il emporta son couteau et continua sa promenade vers la Forêt. Là, il rencontra des Pygmées qui découpaient un éléphant avec leurs ongles. Il leur dit :
« Comment ! Vous découpez les éléphants avec vos ongles ! Moi je les découpe avec un couteau ». Il leur donne son couteau. Le couteau s’ébrécha. Alors il dit aux Pygmées :

La Conteuse

« Par les Mânes de mes Ancêtres,
Le couteau que le
Le Forgeron qui a
L’Igname que j’ai reçue
La Grand-mère qui a
Le Rat que j’ai pris,
Les dents qui m’ont aidé
Les pièges qui ont

Le Public

Mon couteau est ébréché,
Forgeron m’a payé
Mangé mon Igname
De ma Grand-mère
Mangé mon Rat
Grace à mes dents
A tendre des pièges
Tué un Rat

Allons ! Payez-moi, payez-moi très vite ! »

Les Pygmées lui donnèrent de la viande d’éléphant. Il emporta sa viande et continua sa balade en forêt. Il arriva dans un campement où il trouva une Femme qui venait d’accoucher. Elle n’avait pour toute nourriture que du gari de manioc. Il lui dit : « Comment ! Tu ne manges que du gari ! Moi je mange de la viande d’éléphant ! » Il lui donna de la viande. La Femme mangea la viande. Alors il dit à la femme :

La Conteuse

« Par les Mânes de mes Ancêtres,
La viande que les
Les Pygmées qui ont
Le couteau que le
Le Forgeron qui a
L’Igname que j’ai reçue
La Grand-mère qui a
Le Rat que j’ai pris,
Les dents qui m’ont aidé
Les pièges qui ont

Le Public

Tu as mangé ma viande
Pygmées m’ont donnée
Ébréché mon couteau,
Forgeron m’a payé
Mangé mon Igname
De ma Grand-mère
Mangé mon Rat
Grâce à mes dents
À tendre des pièges
Tué un Rat

Allons ! Paie-moi, paie-moi très vite ! »

La Femme lui passa de la poudre de bois rouge. Il prit la poudre et continua sa promenade en forêt.
Sur son chemin se trouvèrent des Danseurs qui se frottaient le corps avec des cendres. Il leur dit : « Comment ! Vous vous frottez avec des cendres ! Moi, je me frotte avec de la poudre de bois rouge. » Il leur donna un peu de poudre. Les Danseurs s’en frottèrent le corps.

Alors il dit aux Danseurs :

La Conteuse

« Par les Mânes de mes Ancêtres,
Le corps avec ma poudre
La poudre qu’une Femme
La Femme qui a
La viande que les
Les Pygmées qui ont
Le couteau que le
Le Forgeron qui a
L’Igname que j’ai reçue
La Grand-mère qui a
Le Rat que j’ai pris,
Les dents qui m’ont aidé
Les pièges qui ont

Le Public

Vous vous êtes enduits
De bois rouge
M’a offerte
Mangé ma viande
Pygmées m’ont donnée
Ébréché mon couteau,
Forgeron m’a payé
Mangé mon Igname
De ma Grand-mère
Mangé mon Rat
Grâce à mes dents
À tendre des pièges
Tué un Rat

Allons ! Payez-moi, payez-moi très vite ! »

Les Danseurs lui remirent un tam-tam. Il continua son chemin et arriva au sommet d’une Montagne avec son tam-tam. Il fit un faux pas, tomba par terre et le tam-tam se brisa. Alors il dit à la Montagne :

La Conteuse

« Par les Mânes de mes Ancêtres,
Le tam-tam que les
Les Danseurs qui ont usé
La poudre qu’une Femme
La Femme qui a
La viande que les
Les Pygmées qui ont
Le couteau que le
Le Forgeron qui a
L’Igname que j’ai reçue
La Grand-mère qui a
Le Rat que j’ai pris,
Les dents qui m’ont aidé
Les pièges qui ont

Le Public

Tu as brisé mon tam-tam
Danseurs m’ont remis
De ma poudre de bois rouge
M’a offerte
Mangé ma viande
Pygmées m’ont donnée
Ébréché mon couteau,
Forgeron m’a payé
Mangé mon Igname
De ma Grand-mère
Mangé mon Rat
Grace à mes dents
A tendre des pièges
Tué un Rat

Allons ! Paie-moi, paie-moi très vite ! »

La Montagne lui procura des champignons. Il prit les champignons, poursuivit son chemin et arriva au bord du fleuve Ogowè. Il prit les champignons et les déposa sur le bord de l’Ogowè. Une crue survint et emporta les champignons. Alors il dit à l’Ogowè :

La Conteuse

« Par les Mânes de mes Ancêtres,
Tu as emporté
Les champignons que
La Montagne qui a
Le tam-tam que les
Les Danseurs qui ont usé
La poudre qu’une Femme
La Femme qui a
La viande que les
Les Pygmées qui ont
Le couteau que le
Le Forgeron qui a
L’Igname que j’ai reçue
La Grand-mère qui a
Le Rat que j’ai pris,
Les dents qui m’ont aidé
Les pièges qui ont

Le Public

Toi fleuve Ogowè
Mes Champignons
La Montagne m’a procuré
Brisé mon tam-tam
Danseurs m’ont remis
De ma poudre de bois rouge
M’a offerte
Mangé ma viande
Pygmées m’ont donnée
Ébréché mon couteau,
Forgeron m’a payé
Mangé mon Igname
De ma Grand-mère
Mangé mon Rat
Grâce à mes dents
À tendre des pièges
Tué un Rat

Allons ! Paie-moi, paie-moi très vite ! »

L’Ogowè se dessécha et lui fournit des poissons en abondance. Il les ramassa et les laissa sur la rive. Les Fourmis trouvèrent les poissons et les dévorèrent tous. Alors il dit aux Fourmis :

La Conteuse

« Par les Mânes de mes Ancêtres,
Vous avez dévoré
Les Poissons que
L’Ogowè qui a
Les champignons que
La Montagne qui a
Le tam-tam que les
Les Danseurs qui ont usé
La poudre qu’une Femme
La Femme qui a
La viande que les
Les Pygmées qui ont
Le couteau que le
Le Forgeron qui a
L’Igname que j’ai reçue
La Grand-mère qui a
Le Rat que j’ai pris,
Les dents qui m’ont aidé
Les pièges qui ont

Le Public

Vous les Fourmis
Tous mes poissons
L’Ogowè m’a fourni
Emporté mes Champignons
La Montagne m’a procuré
Brisé mon tam-tam
Danseurs m’ont remis
De ma poudre de bois rouge
M’a offerte
Mangé ma viande
Pygmées m’ont donnée
Ébréché mon couteau,
Forgeron m’a payé
Mangé mon Igname
De ma Grand-mère
Mangé mon Rat
Grâce à mes dents
À tendre des pièges
Tué un Rat

Allons ! Payez-moi, payez-moi très vite ! »

Alors… Vous voulez savoir ce qu’il se passa avec les Fourmis ? Ouiiii

Mais ceci est une autre histoire !

Gabonmad & Tradition

Association Gabomad & Béarn Traditions

N ° d’immatriculation W643008239
11 Cité des Mimosas
64230 ARTIGUELOUVE – France
N° de Mobile +33 6 48 72 68 69
Email : asso.gabearn.traditions@gmail.com